L’anorgasmie, vous connaissez ? L’orgasme est le pinacle de l’ébat sexuel, là où tout devient jouissif ! Pourtant, certaines personnes n’y ont pas accès, et cela relève autant du physiologique que du psychologique. Bien que des hommes en soient victimes, ce terme est spécifiquement dédié aux femmes. La gent féminine est plus concernée par ce souci. Qu’en est-il réellement ? Que faire pour y remédier ? Votre love coach va vous éclairer simplement !

Qu’est-ce que l’anorgasmie féminine ?

L’anorgasmie est tout simplement l’incapacité à avoir un orgasme. C’est un dysfonctionnement. Chez l’homme, on parle d’anéjaculation. Ce trouble, à moins d’être clinique et soumis à une maladie chronique, est très rare chez la gent masculine. Du côté du féminin, les choses se corsent. On estime que plus de femmes en sont victimes. Il faut rappeler qu’à l’origine l’orgasme féminin participe au bon fonctionnement de la fécondation grâce aux spasmes du corps. C’est tout un processus naturel qui est donc mis à la poubelle !

Toutefois, il faut éclaircir un point précis avec deux catégories de femmes :

  • celles qui n’ont jamais connu l’orgasme car elles ne connaissent pas leur corps et car elles manquent de confiance en elles par exemple ;
  • celles qui en avaient avant et n’en ont plus, ou qui n’en ont jamais eu malgré toutes les conditions remplies.

La science explore encore ce phénomène et ne peut apporter des réponses précises et efficaces à 100 %. Elle s’accorde cela dit sur un point : quand il y a impossibilité de jouir au bout de six mois, l’anorgasmie est déclarée légitimement et se classe dans les troubles psychosexuels. Ne laissez pas cette situation néfaste mettre à mal votre couple et votre vie.

Pourquoi l’orgasme féminin est-il si complexe ?

La jouissance féminine est à dissocier de l’orgasme. Chez l’homme, l’éjaculation est l’orgasme mécanique qui peut s’accompagner d’un plaisir, mais pas nécessairement. Chez la femme, c’est similaire ! Pourtant, un bon orgasme est synonyme de plaisir, tout en étant mécanique, comme un levier qu’on contrôle, c’est quelque chose de physiologique et de naturel. 

Pourquoi ce fameux orgasme est-il donc si mystérieux et soumis aux aléas de la vie ? La réponse se situerait encore une fois dans le mental. Une femme est émotionnellement riche. Ainsi, son esprit virevolte au gré des pensées. Difficile d’être réglée comme une horloge dans ces dispositions, il y a déjà les menstruations pour ça après tout ! Et même avec un sextoy prévu pour délivrer des sensations géniales, rien ne vient…

Au-delà de cet aspect psychologique, il y a naturellement le tabou qui entre en compte et qui inhibe l’orgasme. Nous pourrons citer également la multitude d’orgasmes dont certains qui passent inaperçus, qu’on appelle des sensations orgasmiques. Si en plus madame ne se connait pas et n’a malheureusement jamais osé s’explorer, la jouissance est difficilement atteignable. Sans compter les épreuves traumatiques pour le corps comme l’accouchement, ou les périodes éprouvantes pour l’esprit comme les dépressions et les prises médicamenteuses… Dans tout ça, difficile de jouir au beau fixe !

Une femme sexy qui semble atteindre l'orgasme.
L’orgasme à portée de main, qui n’en rêverait pas ?

L’anorgasmie : une fatalité ?

« Je n’arrive pas à me lâcher au lit. » Ça vous parle ? Malgré de bons préliminaires, beaucoup de femmes ont expérimenté la venue d’un orgasme sans y parvenir. C’est la fameuse crue qui n’arrive pas à déborder ! La sensation est là, mais l’explosion n’aboutit pas… frustrant pas vrai ? Parfois, il n’y a rien du tout malgré les bons gestes et la bonne ambiance. Dans les deux cas, quelque chose cloche, assurément. Malgré ça, l’incapacité à jouir en tant qu’anorgasmie n’est pas si répandue dans sa version clinique. 

Il faut prendre en compte les périodes propices, le temps que la personne consacre à son corps, etc. Le plaisir, comme l’amour, s’entretient quotidiennement. Se masturber une fois par mois et s’attendre à des résultats mirobolants n’a rien d’efficace. Le mental influe énormément sur notre plaisir. C’est un phénomène incroyable qui délivre son pouvoir une fois qu’on en prend conscience. De rares fois, malheureusement, on n’y peut rien car le problème est d’ordre médical. Trouver des astuces pour jouir devient alors une chasse au trésor.

Atteindre l’orgasme, quel secret ?

L’anaphrodisie est souvent associée à l’anorgasmie, alors que cela n’a rien à voir. La première dénote un désintérêt total pour l’acte sexuel, une libido en berne. L’érotisation et la sensualité ainsi que le désir d’y goûter sont absents. La frigidité sexuelle est encore autre chose. Il ne faut donc pas associer le manque de désir à l’incapacité à orgasmer, bien que les deux puissent être liés.

Mais alors comment atteindre la jouissance simplement ? À vrai dire, il n’y a pas de secret, pas de formule miracle, car cela dépend avant tout de vous, de vos zones érogènes, de votre état d’esprit, etc. Pour savoir comment se décoincer au lit, comment s’abandonner au lit, comment se décontracter pendant un rapport, etc., il est nécessaire de foutre la paix à votre esprit et de vous accepter !

Il n’y a pas de jugement à avoir, ni de tabou ou de pensées limitantes. Prenez votre plaisir et laissez les choses se faire. Oui, c’est encore une fois ce satané lâcher-prise, je n’arrête pas de vous en parler !

Comment lâcher prise pendant l’amour ?

Comment se laisser aller pendant l’amour ? L’idée serait avant tout de savoir comment prendre des initiatives au lit, vous ne croyez pas ? Car l’orgasme passe aussi par cette volonté de prendre à bras le corps votre plaisir. Il y a quelque chose d’égoïste dans le sexe, il faut l’avouer. Mais n’utilisons pas ce terme, disons plutôt que c’est une question d’intimité et de rapport personnel à la jouissance. Car oui, un orgasme ça ne se donne pas, ça se prend !

En parallèle de cette volonté de prendre les rênes de l’ébat quand vous le désirez, que vous soyez seule ou en duo, il faut également assimiler le principe de confiance. Pour atteindre l’orgasme, il est bon d’accepter le moment présent ainsi que toutes les composantes vous facilitant l’acte et qui vous sont propres. Cela peut passer par la communication, la domination par l’homme dans le bon sens du terme, etc.

Avant d’envisager une prise en charge par des professionnels de santé, explorez toutes les alternatives et vérifiez que l’anorgasmie que vous pensez avoir en vous n’est pas juste un blocage mental.

L’anorgasmie est une souffrance réelle, car les femmes également aiment le sexe et en ont besoin. N’hésitez pas à consulter un sexologue pour en savoir plus. Pour vous ouvrir à une sexualité exaltée et exaltante, suivez ma formation L’art de faire l’amour à une femme dans ma boutique.

Source : Cerveau & Psycho, Pour en finir avec l’anorgasmie